Le labo junior OiCi aux Doctoriales de l’AFSP (22 juin 2016)

L’Association Française de Science Politique a organisé ses premières « Doctoriales » le 22 juin dernier dans les locaux de la Fondation nationale des sciences politiques.

Les Doctoriales, une nouvelle formule

Aujourd’hui, 30% des membres de l’AFSP sont des doctorants. Leur intégration et la valorisation de leur travail est une préoccupation de l’AFSP depuis plusieurs années : après l’organisation d’un « salon des thèses », puis d’ateliers doctoraux pendant les congrès, la formule des Doctoriales a été mise au point cette année, avec un certain succès, puisqu’une centaine de doctorants se sont inscrits.

Cette formule consistait en quatre ateliers parallèles, articulés autour des quatre groupes de projet de l’AFSP :

  • Atelier COMPOL sur la sociologie politique de la communication
  • Atelier Ethnopol sur l’ethnographie politique
  • Atelier HiSoPo sur l’histoire sociale des idées politiques
  • Atelier Spéco sur la science politique de l’économie.

Dans chaque atelier, un nombre variable de doctorants (de 6 pour COMPOL à 17 pour Ethnopol) présentaient leur travail, selon des modalités différentes : si l’atelier Ethnopol, par exemple, partait sur des communications de 10 minutes, discutées par deux autres participants, l’atelier COMPOL avait demandé à ses intervenants de présenter des papiers écrits comme en vue d’une publication.

Ethnopol : l’ethnographie politique, un label en mouvement

OiCi était représenté dans deux ateliers : Ethnopol et HiSoPo. Les thématiques traitées dans l’atelier Ethnopol recoupaient les sujets « classiques » de l’ethnographie politique, notamment la relation enquêteur / enquêté, la réflexivité et la qualification du terrain. Les interventions se sont néanmoins caractérisées par une grande variété des terrains de recherche et par la mise au jour de la notion de « bricolage » ethnographique, la plupart des participants assumant leur méthodologie tâtonnante et parcellaire. Autre tendance nouvelle, la multiplicité des terrains portant sur les organisations internationales, une présence saluée par les organisateurs car ces terrains ont été peu investis par l’ethnographie politique jusqu’à présent.

Plusieurs présentations ont fait de la réflexivité leur argument central. De l’aveu même des organisateurs de l’atelier, le terme est certes un peu galvaudé, mais interroger sa distance au terrain est une vraie réflexion, notamment dans des cas d’observation incognito ou à couvert dans des milieux militants dont on ne partage pas les convictions (extrême-droite, milieux religieux), de thèses CIFRE où les positions de salarié et de chercheur en viennent à se confondre, de stages sur son terrain là où les entretiens n’ont pas fonctionné, ou bien d’expérience professionnelle antérieure dans son milieu d’enquête. L’importance d’un carnet de terrain complet et d’une attention portée aux « détails » (présentation de soi ; visibilité en ligne ; expériences de contrariété ou de satisfaction ; etc.) n’est plus à démontrer. D’autres traits apparaissent en transparence, comme l’asymétrie de la relation enquêteur – enquêté (où la relation d’enquête peut être bien plus couteuse pour l’enquêté que pour le chercheur).

Mais un intérêt majeur de l’atelier résidait dans la répétition, ou tout du moins le partage, de l’opinion selon laquelle le « bricolage » scientifique et la difficulté de mettre en œuvre la neutralité « mythique » ou « traditionnelle » demandée au chercheur, sont des notions acceptées. Les cadres théoriques mobilisés dépassent à chaque fois le seul chapeau de la sociologie ou de la science politique ; les méthodes de l’ethnographie, de l’histoire, voire même de la psychologie sociale sont mobilisées, l’important étant ici d’assumer cette diversité dans le choix des méthodes et le côté partiel, parcellaire ou même partial de la recherche.

La qualification de leurs terrains de recherche par les intervenants (« difficile », « hostile », « sensible », « dangereux », etc.) a ramené la question de la labellisation du terrain. Les responsables de l’atelier ont rappelé qu’il ne s’agit pas d’ « exotiser » ou d’ « exceptionnaliser » des milieux supposés hostiles, et qu’il ne fallait pas tomber dans le travers de l’auto-héroïsation. Bien souvent, l’hostilité est fantasmée plus que vécue ; les apprentis chercheurs doivent garder ce paramètre en tête et chercher à remettre du social dans leur travail, pour ne pas tomber dans une relation simplement idéologique avec leurs enquêtés.

HiSoPo : Histoire sociale des idées politiques en perspectives

Le second atelier dans lequel était présent un des membres du laboratoire était l’atelier HISOPO. L’ambition de l’atelier était de réunir un large panel des travaux de doctorats dont les objets de recherche s’apparentent aux « idées politiques » entendues dans une large acception. Plus qu’une méthodologie à proprement parler, l’histoire sociale ou contextuelle des idées se construit comme une démarche visant à saisir ces objets idéels comme n’importe quel objet sociologique. Appréhender les idées comme des « choses », c’est ainsi de rendre compte des conditions d’émergence, de circulation et des moyens par lesquels les idées s’imposent ou non dans les champs intellectuels, scientifiques et produisent en retour des transformations quant à l’appréhension de la réalité sociale et la conduite de l’action publique.

C’est ainsi que l’ensemble des contributions de cet atelier ont mis en évidence la diversité des travaux qui peuvent se revendiquer d’une telle démarche et la pluralité des objets qui s’y rattachent. Plusieurs interventions portaient sur des objets relativement usuels en théorie politique (néolibéralisme, spinozisme, Ecole de Francfort), abordés cette fois au travers du prisme de leurs conditions d’émergence, de leur circulation et des acteurs qui garantirent leur développement. Preuve s’il en est de l’éclectisme des travaux sur le sujet, des thèmes relativement peu familiers aux études théoriques du politiques étaient investis par des doctorants, à l’instar du féminisme, du post-modernisme ou encore du concept de capacité. Les lieux de fabrication des idées étaient mis en avant, notamment dans l’étude du rôle occupé par les revues, les partis politiques, les colloques qui permettent de détourner le regard des corpus théoriques habituels et d’envisager la production d’idées dans des contextes socio-historiques et discursifs précis.

Les enjeux méthodologiques étaient au cœur de cet atelier. De la construction d’un corpus théoriques à l’analyse des idées comme des champs, l’enjeu central de ces échanges s’est progressivement constitué autour du rôle à donner aux contextes, qu’ils soient scientifiques, politiques, culturels ou intellectuels, pour saisir la manière avec laquelle ils participent de la transformation des idées et de leur production. Pour cela, une attention toute particulière a été donnée aux travaux mettant en avant les réseaux d’acteurs et les institutions qui fabriquent et composent ces contextes intellectuels. Sans pour autant déposséder les idées de leurs contenus, il s’est agi de rendre compte dans quelle mesure celles-ci peuvent agir comme des faire-valoir, l’enjeu d’intention d’auteurs de se repositionner dans des champs spécifiques, et de faire valoir de nouvelles positions sociales, symboliques… Leur éclairage rend alors possible une histoire des idées qui ne soit ni centrée sur le texte, ni sur une analyse dite « externe », trop sensible à la détermination du contexte sur la production des idées. L’atelier a donc mis en avant la nécessité de construire une voie médiane qui permette de mettre en avant pourquoi certaines idées (et non d’autres) s’imposent au sein d’institutions, de partis, et comment elles y parviennent.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *